Connectez-vous avec nous

Actualité algérienne

Vigilance


Ce qui se passe et qui se traduit terriblement en une dictatoriale série d’exactions et de dépassements, parfois à la limite de l’implosion, mérite que l’on s’y attarde.
Depuis l’installation par on ne sait qui du l’équipe  fantoche, dite de transition, la situation se dégrade et beaucoup d’experts pensent  que cet état de fait imposé est un début d’une descente vers une  expectative sans nom.
A plus forte raison que le 5 juillet approche, date importante dans l’aboutissement de la révolution de 54 et aussi date de  fin de mission d’un gouvernement constitué de ratés notoires, les acolytes du général qui s’est érigé en maitre incontestable  s’attaquent ostentatoirement  aux symboles et aux valeurs.
L’interdiction du drapeau Amazigh dans les manifestations, les arrestations à répétition des militants, les mises sous mandats de dépôt des manifestants,  les intimidations abusives à travers les chaines de télévisions acquises ou qui servent directement les intérêts de la junte en place, sont le lot de l’inquiétante situation qu’endure le peuple.
Aujourd’hui, au début de l’après-midi, un des  derniers révolutionnaires en vie a été arrêté et kidnappé sur les hauteurs d’Alger tel un vulgaire délinquant.  Le commandant Lakhdar BOUREGAA  ancien chef de la wilaya 4  fût enlevé à 14h. C’est dire que la machine dévastatrice broie tout sur sur son passage, à commencer par les valeurs immuable du peule pour le pousser au pourrissement et aux réactions violentes qui conforteront,  la clique de général pour asseoir définitivement son état de grâce.
Voilà qui ne décourage guerre les inconscients en place,  pour imposer dans le doute et la douleur, une feuille de route programmée par des officines  douteuses.
La liste des abus du régime militaire en place est impressionnante et tout porte à croire que le plan  de la mise à genoux  de l’Algérie, entamé Bouteflika s’accélère et enfonce la pays dans un tunnel qui risque d’être fatal.
Les instances internationales de défense des droits de d’homme doivent prendre au sérieux le calvaire du peuple l’Algérien qui souffre d’une dictature militaire à huit clos.  
Restons vigilants.
Par Hocine Redjala .

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité algérienne

En haut