Connectez-vous avec nous

Quand le pouvoir algérien fait pourrir la vie à la Kabylie

Actualité algérienne

Quand le pouvoir algérien fait pourrir la vie à la Kabylie

Le pouvoir d’Alger a toujours occulté voir méprisé la région de Kabylie depuis l’indépendance à ce jour. La Kabylie a toujours été à l’avant-garde de toutes les révolutions, de Fatma n Summer à El-Mokrani, en passant par Amirouche à Abane.

Depuis l’indépendance, la Kabylie subit les affres d’un pouvoir machiavélique. 56 ans après, les projets sont quasiment nuls dans cette région, les infrastructures se comptent sur le bout des doigts.

Si on prenait à titre d’exemple ces 10 dernières années, tous les projets prévus en Kabylie sont soit, annulés ou reportés.  Les mêmes projets attribués à d’autres régions sont réceptionnés et mis en service, alors que la Kabylie est marginalisée. À Sidi Belabes à l’ouest, Sétif à l’est ou bien Ouargla au sud ont vu leurs lignes de TRAMWAY réalisées et mises en service alors qu’en Kabylie le projet a été carrément annulé. Le projet du téléphérique à Tizi Ouzou accuse un retard énorme alors que celui de Bejaia est complètement annulé.  Les exemples sont nombreux !

La pénétrante ou le tronçon autoroutier qui devrait relier Bejaia à l’autoroute Est-Ouest de 80 km dont les travaux ont démarré en 2013 avec un délai de réalisation initial de 36 mois n’a atteint que 45 % de réalisation en 5 ans, il faut encore attendre 5 autres années pour voir Bejaia ville kabyle se doter d’une autoroute. En plus du retard dans la réalisation, le projet, dont l’enveloppe initiale était de 192 milliards, vient d’être amputé de 50 milliards par le pouvoir d’Alger. L’entreprise chinoise chargée de la réalisation ne sait plus où se donner de la tête, puisque des factures de plusieurs milliards ne sont toujours pas honorées, les retards se répercutent automatiquement sur les délais de réalisation et sur la compression des effectifs.

Tous les projets structurants en Kabylie sont remis aux calendes grecques. L’exemple du dédoublement de la voie ferrée Bejaia-Alger est édifiant, À chaque fois qu’un ministre (ce qui est rare d’ailleurs) rend visite à Bejaia, il parle de ce projet, mais ce ne sont que des paroles dans l’air jusque-là, rien à l’horizon.

La Kabylie subit des attaques de partout, tout est fait pour affamer le peuple de Kabylie et l’obliger à supplier le pouvoir d’Alger. La Kabylie qu’on appelle région rebelle n’acceptera jamais le dictat du pouvoir d’Alger. La Kabylie est attaquée sur tous les fronts, économiquement, culturellement et même par le biais de la religion. Le salafisme monte en puissance en Kabylie, des mosquées sont construites à chaque coin du village le plus reculé par des personnes qui ramènent de l’argent d’où ? Personne ne le sait. La prostitution parle d’elle-même. En effet à Bejaia comme partout ailleurs en Kabylie, plus de 5000 prostituées venues des autres régions avec la bénédiction du pouvoir et de certains macs de la région. Ces femmes de mœurs légères polluent certains coins à l’image de Tichy, une station Balnéaire de renommée, mais devenue par la force des choses une ville de débauche.

La Kabylie n’a pas dit son dernier mot, jusque-là fait dans la résistance, jusqu’à quand ?

Personne n’est en mesure de répondre à la question.

A.Djenadi 

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité algérienne

En haut