Connectez-vous avec nous

Manifestations monstres en Algérie pour demander le départ du chef d’état-major de l’armée

Actualité algérienne

Manifestations monstres en Algérie pour demander le départ du chef d’état-major de l’armée

Manifestations monstres en Algérie pour demander le départ du chef d’état-major de l’armée

Des dizaines de milliers d’Algériens défilaient vendredi dans plusieurs villes du pays pour réclamer notamment la démission d’Ahmed Gaïd Salah, ancien proche de Bouteflika.

Comme lors des précédentes manifestations, les slogans ont à nouveau ciblé le général Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major de l’armée, qui détient, selon la contestation et des observateurs, le pouvoir réel depuis la démission du président Abdelaziz Bouteflika, le 2 avril. « Gaïd Salah dégage », « le peuple et l’armée sont frères mais Gaïd Salah est avec les traîtres », ont scandé les manifestants à l’adresse de celui qui a maintes fois refusé leurs revendications.

« Ya men 3ch, ya men 3ch, Gaïd Salah fil Harrach ». Les manifestants réclament l’emprisonnement du chef d’Etat-Major

Depuis la démission de M. Bouteflika sous la pression de la rue et de l’armée, la contestation refuse que le « système » en place organise l’élection présidentielle et réclame au préalable le départ de tous les anciens soutiens de l’ex-président, resté près de vingt ans au pouvoir.

Le célèbre avocat et défenseur des droits humains Mustapha Bouchachi, le diplomate et ex-ministre Abdelaziz Rahabi et d’autres personnalités avaient appelé à des manifestations « massives » pour ce 20e vendredi de contestation. Pari tenu puisque les rues du centre d’Alger étaient noires de monde depuis la fin de la prière hebdomadaire musulmane.

Au son d’hymnes à la gloire des martyrs de la guerre d’indépendance, dont le pays célèbre ce vendredi le 57eanniversaire, les Algériens ont répondu à leur appel pour faire du 5 juillet « la concrétisation de la libération de l’homme, après la libération de la patrie » du pouvoir colonial français.

Un manifestant se rafraîchit pendant la manifestation à Alger, vendredi 5 juillet.
Un manifestant se rafraîchit pendant la manifestation à Alger, vendredi 5 juillet. FETHI SAHRAOUI / COLLECTIF 220

« On ne s’arrêtera pas »

Mercredi, le président par intérim, Abdelkader Bensalah, a proposé la création d’une instance de dialogue pour organiser une présidentielle et promis que l’Etat et l’armée ne s’y impliqueraient pas. Partis d’opposition, société civile et observateurs attendent de voir comment cette proposition sera concrétisée, car aucun nom n’a été avancé pour le dialogue.

« Ou c’est vous [le pouvoir] ou c’est nous, on ne s’arrêtera pas », ont crié les manifestants, rejetant à nouveau la feuille de route du pouvoir. « Ils sont en train de reformuler les mêmes propositions. Leur seul objectif est de maintenir le système en place. Donc pas de dialogue dans ces conditions », a lancé une manifestante de 28 ans, Linda Hamrouche.

Un premier appel au dialogue, lancé début juin par M. Bensalah et limité à la classe politique, avait aussi reçu une fin de non-recevoir de la contestation. La présidentielle, prévue le 4 juillet et rejetée par les manifestants, a été annulée faute de candidat. Alors que le délai de quatre-vingt-dix jours prévu par la Constitution pour l’intérim expire théoriquement le 9 juillet, M. Bensalah a dit qu’il resterait à son poste jusqu’à l’élection d’un nouveau président.Lire l’analyse : En Algérie, une colère aux racines profondes

Climat répressif

Samedi, des partis politiques, des représentants de la société civile et des personnalités doivent tenir une réunion intitulée « assises nationales du dialogue ». Cette initiative « vise à mettre en place des mécanismes pour sortir de la crise et aller, dans des délais raisonnables, vers l’organisation » d’une présidentielle, a déclaré l’ex-ministre M. Rahabi.

Autre revendication, de plus en plus forte ces dernières semaines : l’arrêt du harcèlement et de la répression dont font l’objet les manifestants et militants ces dernières semaines et la libération des détenus d’opinion. Au moins une quarantaine de personnes – le chiffre est évolutif – ont été déférées devant les tribunaux et mises en détention pour port du drapeau amazigh (berbère), par exemple.

مناوشات بين الشرطة و المتضاهرين في ساحة موريس أودان Escarmouches entre policiers et manifestants à la place Maurice… https://t.co/07EHaYFaTj— khaleddrareni (@Khaled Drareni)

Vendredi, des dizaines de manifestants portaient des tee-shirts sur lesquels était écrit « Libérez Bouregaa », en référence à l’ancien moudjahid (résistant) et opposant, incarcéré dimanche après avoir critiqué le rôle de l’armée et de son chef d’état-major. « Quand on arrive à mettre en prison un héros de la guerre quelques jours avant [l’anniversaire de] l’indépendance, c’est qu’il ne reste plus rien à espérer de ce pouvoir », a estimé Lila Bouregaa, une nièce de l’ancien combattant.

Des manifestants demandent la libération du moudjahid Lakhdar Bouregaâ, arrêté samedi 29 juin. Il est accusé « d’at… https://t.co/Lv9ioJKJ5R— ZahraaRhm (@Zahra Rahmouni)

Des échauffourées ont émaillé la fin de la manifestation à Alger quand des policiers ont arraché des drapeaux berbères des mains de manifestants ou ceux accrochés au sommet des réverbères près de la Grande Poste. Pour se replier, des policiers ont fait usage de gaz lacrymogènes. Les manifestants ont riposté en leur lançant des bouteilles d’eau vide, avant que le cortège ne se disperse.

En dehors d’Alger, les médias algériens rapportaient des manifestations qualifiées parfois d’impressionnantes – comme à Constantine, dans l’est du pays – dans les principaux chefs-lieux de wilayas (départements) du pays. Les Algériens manifestaient notamment à Bouira, Annaba, Chlef, Oran, Mostaganem, Béjaïa, Tizi-Ouzou, Bordj Bou Arreridj, M’Sila, Batna, Djelfa et El Tarf.

Par: le monde du 6 juillet 2019

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité algérienne

En haut