Connectez-vous avec nous

l’Algérie face a une crise multilatérale – Politique et Socio-économique

Débats

l’Algérie face a une crise multilatérale – Politique et Socio-économique

l’Algérie face a une crise multilatérale – Politique et Socio-économique

  • compétences, implique tout d’abord l’assainissement du climat des affaires, mais aussi la stabilité politique et institutionnelle. Avec la raréfaction des ressources financières, la commande publique ne peut plus jouer désormais son rôle moteur de l’économie. Par conséquent, il faudrait reconstruire ce marché autrement, c’est-à-dire sur les bases d’une nouvelle économie de production et d’innovation, et non plus sur une logique rentière et prédatrice sans avenir. Le défi démocratique La conviction que la démocratie favorise le développement économique, voire qu’elle constitue une condition sine qua non, est largement vérifiée et admise par les spécialistes du développement. Le pays figure encore parmi les plus faibles régimes politiques en termes de démocratie, il n’arrive qu’à la 126e place sur les 167 pays concernés par le classement annuel de l’organisme britannique The Economist (2018), loin dernière ses voisins, la Tunisie 63e place et le Maroc 100e rang. Contrairement à ce qui se passe dans les régimes autoritaires où les décisions politiques sont prises par l’Exécutif sans débats parlementaires, en démocratie les décisions politiques sont consultatives. Le Parlement est acteur et non spectateur. La crise du coronavirus et son lot d’incertitudes accentuent donc l’urgence de l’instauration d’une vraie démocratie, seul système politique capable de susciter l’adhésion des Algériens autour d’un projet d’une Algérie nouvelle. La marge de manœuvre du gouvernement se rétrécit davantage et l’on semble, dans ces conditions, se diriger tout droit vers une impasse S’appuyant sur des hypothèses réalistes pour 2020 et 2021, et tablant sur des importations annuelles de 32 milliards de dollars, des recettes d’exportation de 16 milliards, des services et revenus nets (9 milliards), des transferts (3 milliards) et autres flux au titre du compte capital (1 milliard), le solde global de la balance des paiements fera apparaître un déficit d’environ 20 milliards de dollars annuellement. Avec des réserves internationales de change s’élevant à environ 53,5 milliards de dollars à fin juin 2020, le financement des déficits de la balance des paiements projetés pour 2020 et 2021 devrait conduire à une baisse continue des réserves de change, qui passeraient ainsi de 63,8 milliards de dollars à fin 2019 à 43,8 milliards à fin 2020 et 23,8 milliards en 2021. Ces ordres de grandeur suggèrent un niveau de réserves inadéquat pour 2022, dont les besoins seront en moyenne de 35 milliards de dollars. Une crise de change qui risque de nous contraindre à demander l’appui des bailleurs de fonds. A la contrainte
  • macroéconomique et une crise de change possible, l’économie du pays souffre d’un manque significatif de flexibilité structurelle. De plus, pour 2021 et 2022, les perspectives économiques et financières continueront d’être défavorables en l’absence de politiques publiques correctives fortes, mises en œuvre immédiatement. La restructuration de l’économie pour édifier un système industriel performant est devenue désormais cruciale. Elle aurait pour principaux axes : simplifier au maximum les procédures de création d’entreprises, réformer d’urgence le système bancaire et financier ; solutionner la problématique du foncier industriel ; décentraliser la décision économique… L’Etat doit aussi rationaliser sa dépense publique et assainir ses comptes pour plus de visibilité et de stabilité. Le déficit budgétaire dépasse les 15 milliards de dollars en 2020, soit -10,4% du PIB, le déficit commercial de 1,5 milliard de dollars au premier trimestre 2020, soit une augmentation de 26% par rapport à la même période de 2019. Ces déficits récurrents sont désormais insoutenables et rédhibitoires à la croissance économique. En effet, la planche à billets et les financements non conventionnels ne peuvent constituer une solution durable. Le défi du numérique et écologique Il existe d’importants gisements d’économies dans la dématérialisation d’une partie du travail, grâce aux nouvelles technologies, permettrait de réduire les dépenses et de lutter contre les gaspillages. Le défi est donc de réussir à améliorer la gestion des administrations publiques et leurs services par la mise en place du reseau internet et de la digitalisation. Rapport du FMI sur les perspectives à travers le monde: Les économies émergentes et en développement dans le rouge De plus, le FMI n’exclut pas un scénario du pire avec une intensification des vagues d’infections combinée à un ralentissement des progrès sur les traitements et les vaccins, obligeant les autorités à des mesures plus draconiennes. Selon le dernier rapport de la Banque mondiale, le double choc de la pandémie et de l’effondrement des cours du pétrole a exacerbé les problèmes structurels sous-jacents des pays de la région MENA et touché tous les aspects de leurs économies. La crise sanitaire creuse les fossés entre riches et pauvres, entre employés des secteurs informel et formel, entre hommes et femmes, entre ceux qui peuvent s’endetter et les autres La pandémie de Covid-19 accroît les inégalités, pas seulement entre économies avancées et en développement. Elle creuse les fossés entre riches et pauvres, entre employés des secteurs informel et formel, entre hommes et femmes, entre ceux qui peuvent s’endetter et les autres. La crise va faire basculer 90 millions de personnes sous le seuil d’extrême pauvreté, selon le FMI, alors que celle-ci n’avait cessé de reculer au cours des deux dernières décennies. Ceux qui sont employés dans le secteur informel, sans contrat de travail, seront
  • proportionnellement les plus nombreux à perdre leur emploi et à tomber dans la pauvreté, faute d’épargne disponible. Le FMI prévoit une reprise économique mondiale « longue et difficile » Abdelmadjid Tebboune bientôt contraint de solliciter le FMI. Soucieux de preserver la souverainete nationale, jusque la, exclu tout financement exterieur du FMI. La croissance des deficits pourraient s’averer fatales pour un recours au FMI. Conclusion Une vision sociétale consiste a restaurer l’échelle des valeures (travail, mérite, solidarité…) et remettre l’Homme au cœur de notre société. Cela passe fondamentalement par l’éducation et par l’engagement de toutes les forces de la Nation algérienne. L’avènement d’une nouvelle République démocratique et sociale se mesure en la qualité de ses hommes, de ses competences, de l’efficacité des systemes financiers, la performance de l’école et de la formation professionnelle, l’amélioration des infrastructures de base (routes, réseaux de rails, ports, aéroports)… le renforcement de la compétitivité de l’entreprise algérienne, la production locale, ses hopitaux et la confiance en ses medecins et de toutes les classes de la societe. Le développement d’une économie compétitive exige aussi de combattre la corruption, le clientélisme. L’independence de la justice pour une justice sociale et du système économique par rapport au système politique avec une refonte du systeme financier (ouverture des banques au virement des retraites, changement de la monnaie pour decourager le marche parallel, toute transaction depassant 50,000.00 DA doit etre tracee sous forme de cheque), revision du budget de l’armee, des ministeres et services publics avec la rationalisation des depenses de sante. Un cadre institutionnel stable constitue un préalable à tout développement économique et social du pays. L’instauration d’une démocratie participative permettra de libérer les initiatives entrepreneuriales, de restaurer la confiance dans les dirigeants du pays et de susciter l’adhésion des Algériens à un nouveau projet qui ferait de l’Algérie une nation émergente.
  • Auteur: Hamid Ait-Mansour
  • Riposte Internationale

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Débats

En haut