Connectez-vous avec nous

Tribune. La première violence est celle provenant de Soltani. Il ne devait pas être à République

Débats

Tribune. La première violence est celle provenant de Soltani. Il ne devait pas être à République

Depuis le 17 février 2019, des Algériennes et des Algériens se donnent rendez-vous à la place République de Paris pour protester contre le système. Hier, c’était le 10ème rassemblement. Un autre dimanche pour soutenir la Révolution en cours en Algérie.

Les citoyennes et les citoyens sont originaires de différentes régions. Tous rêvent d’une Algérie meilleure, où règne la Justice et la Démocratie. Beaucoup d’entre eux espèrent un retour au pays.

Des centaines de citoyens contribuent à la réussite des rassemblements. Cela commence par le dépôt d’une déclaration au niveau de la préfecture.

Lors des rassemblements, un service d’ordre s’active discrètement, mais efficacement. A titre d’exemple, lorsque la préfecture a décidé que plus personne ne doit grimper au niveau de la statue, un groupe s’est porté volontaire pour empêcher quiconque d’y monter.  Grâce aux discussions engagées, plus personne ne monte. Aussi, lorsque la circulation automobile nécessite des volontaires pour la réguler, des citoyens répondent par la positive. Sur ce point, rendons hommage à Aghiles qui vient de perdre son père.

D’autres citoyens organisent des agoras, qui permettent un débat entre Algériens. Chacun peut s’exprimer.

Des organisations érigent des stands pour échanger, des jeunes créent une ambiance en répétant les chansons politiques des stades, des artistes installent de petits ateliers de peintures. Les enfants dessinent le drapeau algérien. Les activités sont nombreuses et variées.

Je ne peux citer tous les noms de ceux qui animent, qui installent les sonos, qui confectionnent les pancartes et les drapeaux. Sans oublier les citoyens, qui à la fin de chaque rassemblement, nettoient la place.

Je souligne que tous ceux qui se consacrent à la réussite des rassemblements sacrifient de leur temps, de leur énergie et de leur argent. Mais ils n’en parlent pas. Car ils ce qu’ils font c’est pour le pays. Et les milliers d’Algériens présents à République chaque dimanche sont pacifiques, responsables, lucides et conscients qu’ils doivent donner une bonne image. Ces derniers sont selon l’adage : « Seul Héros, le Peuple ».

Je n’ai pas tout dit. Ceci est un bref témoignage. Mais pourquoi je cite ces quelques éléments ?

Hier dimanche, Boudjerra Soltani a fait son apparition à place République. Il a été chassé par environ une vingtaine de jeunes.

En lisant des post et des commentaires, je constate une injustice. Des gens ont apparemment oublié le pacifisme des Algériens qui manifestent à République.

Cet incident est regrettable. Personne ne veut de ce genre de polémique.

Dénoncer la violence ? Oui, c’est à dénoncer et personne ne minimise, et en même temps il ne faut pas amplifier.

Justifier ? Non, seule la Justice est apte à convoquer et à sanctionner en cas d’erreurs.

Cependant, la première violence est celle provenant de Soltani. Il ne devait pas être à République. Pourquoi ? Il est détesté par une large frange de la population. Sur près de 5000 personnes à République, certains ont considéré sa présence comme une provocation. Que dire par exemple à un jeune qui a quitté le pays à bord d’une barque ? S’il a pu rejoindre l’autre rive vivant, peut être que ses amis n’ont pas eu cette chance. Mourir dans la mer Méditerranée.

Le sort de milliers de compatriotes qui n’avaient pas trouvé de perspectives dans leur propre pays à cause d’un système, dont Soltani a été un des acteurs.

Nuance donc. La Sylmia c’est le mot d’ordre à République. Un peu de compréhension. Personne ne minimise, personne ne justifie, tout le monde veut la consécration de la Justice. Néanmoins, généraliser, amplifier, parler de lynchage alors que Soltani a été certes poussé, mais pas frappé, et oublier tout le positif des rassemblements à République est très injuste.

Enfin, ce n’est pas le MAK qui a chassé Soltani. C’est un mensonge. Il a été dégagé par des jeunes parce qu’il a soutenu Boutef depuis 1999.

 

Par Mehdi Bsikri

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Débats

En haut