Connectez-vous avec nous

KHALED NEZZAR DE RETOUR EN ALGÉRIE, QUE SE CACHE DERRIÈRE CET ÉVÉNEMENT ?

Débats

KHALED NEZZAR DE RETOUR EN ALGÉRIE, QUE SE CACHE DERRIÈRE CET ÉVÉNEMENT ?

KHALED NEZZAR DE RETOUR EN ALGÉRIE, QUE SE CACHE DERRIÈRE CET ÉVÉNEMENT ?

Jeudi 10 Décembre, des Hommes en costume débarquent dans la demeure de Khaled Nezzar aux environs de 20 heures. 
Sofiane Nezzar, son fils resté à Alger, y vit seul depuis que Khaled Nezzar a quitté le pays au début du mois d’avril 2019 sur un vol régulier, et que son fils Lotfi a pris la fuite à bord d’un Yacht en direction de l’Espagne quelques jours avant un procès express qui les condamnera à 20 ans de prison ferme et qui verra les Généraux Mediene, Tartag et le chef de bande Saïd Bouteflika embastillés pour complot contre l’Etat.Une vengeance personnelle concoctée par Gaïd-Salah pour se débarrasser d’anciens « collègues » et « amis » gênants.

Sofiane Nezzar est donc embarqué vers un lieu inconnu. L’alerte est lancé parmi le peu d’amis qui lui restent sur Alger et qui osent encore le fréquenter depuis que ce dernier a diffusé des messages compromettants pour sa famille sur les réseaux sociaux.

Après un week-end tumultueux ou Sofiane Nezzar sera briefé par le DRS, il réapparaîtra vivant heureusement mais sous surveillance dans une résidence militaire des hauteurs d’Alger. Ce Kidnapping programmé de Sofiane Nezzar avait deux objectifs :
– Vider les lieux de la villa de Hydra afin de préparer le retour de Khaled Nezzar dans son campement habituel,- et demander à Sofiane Nezzar de se tenir tranquille en attendant une confrontation avec son père.
Ceci pour l’anecdote et en espérant éviter les drames habituels inhérents aux régimes politiques liberticides où l’injustice et les règlements de compte débouchent souvent sur des conclusions inexpliquées et dramatiques.

Bref !Mais les vraies questions demeurent celle-ci:  Comment et Pourquoi Khaled Nezzar a pu rentrer au pays librement alors qu’une peine de prison prononcée par contumace pèse encore sur sa personne ?
Quelle négociation a eu lieu et avec qui ?
Sa peine de prison et les charges qui pesaient contre lui ont elles été levées par le tribunal militaire de Blida ?
Au moment où le chef d’état désigné par la junte est toujours en convalescence forcée en Allemagne,
au moment où le chef d’Etat Major est hospitalisé à Genève,
au moment où une bonne partie du personnel de la Présidence dont son porte-parole ont disparu,
au moment où les défenseurs les plus zélés de Tebboune se sont soudainement tus sur les réseaux sociaux et où ses « Inconditionnelles » fans, ils et elles se reconnaîtront, sont allés jusqu’à effacer les traces de leurs soutiens,
au moment où des habitués de la Subvention publique du « Monde des Arts » de retourner leur veste retrouvent de la voix pour défendre un clan qui semble retrouver un second souffle,
au moment de la sortie publique de plusieurs voix du Hirak, ex-détenus politiques qui sont réapparus après de longs mois de silence malgré les menaces d’emprisonnement qui pèsent sur eux,
au moment où de nombreux membres de la Issaba sortent de prison ou voient leurs peines sensiblement diminuer,
au moment où des enfant gâtés du Régime avec un pied dans l’opposition et un pied aux Taggarins nous abreuvent d’initiatives politiques aux contours opaques,
il est légitime et impératif que le peuple sache les tenants et les aboutissants des négociations qui ont lieu actuellement entre acteurs politiques désignés de la scène nationales et un clan de l’Armée et pour quels objectifs ?

Il y a fort à parier que le sort du sinistre Zeghmati qu’on donnait comme potentiel successeur est désormais scellé.
Reste à savoir ce que va devenir Tebboune dont l’avenir politique dépendra de son retour en Algérie avant le 31 decembre 2020, date limite avant laquelle il doit promulguer la constitution et signer la loi de finances. 
Dans le cas contraire, l’article 102 et une nouvelle période de transition viendront à la rescousse d’un Régime et d’une junte qui n’ont aucune envie de délivrer le pays à un pouvoir civil, encore moins envie de démocratiser la vie politique.
Une junte dont l’unique ambition demeure la perpétuation du Système avec pour carburant la rente pétrolière et le ralliement d’une partie de la classe politique dite d’opposition radicale pour un scénario récidiviste dont l’aboutissement demeure l’assujettissement de la société à une feuille de route décidé aux Taggarins.

Entre les integristes de Londre, de Genève et de paris à la solde du Qatar et de Erdogan qui veulent récupérer la Hirak et une junte militaire qui ne veut rien lâcher, mais tous deux prêts à toutes les compromissions, une chose est sûre, La Révolution Démocratique est menacée !
À suivre…

Auteur: Sofiane Benyounes, militant politique.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Débats

En haut