Connectez-vous avec nous

Ils sont fous, ils sont capables de tout

Chronique

Ils sont fous, ils sont capables de tout

Ils sont fous, ils sont capables de tout

Par Rachid Mouaci 

 

Ils sont fous, ils sont capables de tout. Dans le cercueil de la patrie, ils sont prêts à clouer leurs clous. Avec les tenus kakis et bleus, ils se croient Dieux. Ils joueront à tous les sales jeux.

Après avoir fait des terres fertiles un sol sableux, après avoir exilé les moineaux en les remplaçant par des corbeaux, après avoir divisé le peuple en Arabes, en Kabyles, en Chaoui en Chleus, en athées et en pieux, après avoir tout fait pour faire du peuple glorieux un groupe de frileux, cette fois avec ce gigantesque sursaut, ils ont la peur bleue, mais n’oublions pas qu’ils sont capables de tout.

Rien ne peut les arrêter autre que la volonté, l’union et la résistance de ce peuple valeureux. Grands sont les enjeux, ils savent qu’ils sont coupables de crimes odieux qu’ils ont commis tantôt au nom de la révolution, tantôt au nom de l’union et tantôt au nom des cieux.

Ils sont capables de fermer les universités, car leurs titis étudient aux États-Unis, au Royaume-Uni et à Paris. Ils sont capables de fermer les hôpitaux, eux, ils se soignent dans les hôpitaux luxueux de l’Occident. Ils sont capables de mettre ce qui reste des usines en faillite, car eux, leurs bambins et leurs fillettes s’habillent tous aux galeries la Fayette. En un mot, comme ils ont brisé l’espoir des jeunes et des adolescents, ils peuvent mettre l’Algérie à feu et à sang. Resserrons nos rangs et pacifiquement brisons leur élan.

En réalité, devant le peuple à la force des flots du Nil, ils ne sont que des colosses en argile, rien ne les sauvera ni leurs ruses ni leur mascarade d’avril. C’est avec un rameau d’olivier que ce peuple les fera plier. Criez sans briser ! hurlez sans injurier ! résistez sans jamais vous plier !

L’Algérie est notre mère, c’est à eux de chercher une autre terre, de la nôtre, ils n’ont jamais été fiers pour eux elle n’est qu’une vache laitière.

Ces gens qui imposent à nos enfants Djarir, leurs rejetons errent dans les écrits de Shakespeare et de Voltaire.  Ces cœurs de pierre qui poussent les jeunes à se jeter à la mer doivent rendre des comptes aux pleures et au deuil des mères.

Messieurs d’en haut, oui, vous ferez tout pour rester là-haut, mais seul le peuple est héros et il sera le seul gagnant.

Meute de loups, sortez vos crocs, dans l’ombre préparez vos sales coups, payez vos Baltadjia en dinars et en euros, mobilisez les immoraux, mais vous n’arriverez jamais à prendre par les cornes ce colosse terreau ni arrêter son sursaut.

Rachid Mouaci 

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Chronique

En haut