Connectez-vous avec nous

Gaïd Salah et Noureddine Bedoui accusent et menacent les opposants au 5e mandat

Actualité algérienne

Gaïd Salah et Noureddine Bedoui accusent et menacent les opposants au 5e mandat

Gaïd Salah et Noureddine Bedoui accusent et menacent les opposants au 5e mandat

Ennemis de l’intérieur», «ingrats» et «ceux qui se nourrissent de rêverie et d’illusions»… Ce sont les quelques qualificatifs utilisés, mercredi dernier, par le chef d’état-major de l’ANP et vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah, qui s’implique ainsi dans le débat politique qui précède la précampagne pour la prochaine présidentielle.

Intervenant en marge de sa visite à la 5e Région militaire à Constantine, l’homme, qui ne cesse de susciter la colère des acteurs de l’opposition, depuis notamment 2014, en raison de son envahissement de la scène politique, adopte carrément un ton menaçant à l’égard des éventuels opposants au 5e mandat.

En tout cas, son intervention est interprétée ainsi par l’ensemble des observateurs de la scène nationale. Sur les réseaux sociaux et même publiquement, ces derniers affirment que le «discours du patron de l’ANP» est la «preuve» que l’armée «ne respecte pas le principe de la neutralité et qu’elle fait même de la politique». Certains acteurs y voient aussi un soutien franc d’Ahmed Gaïd Salah au 5e mandat du président Bouteflika.

C’est le cas de la secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune : «Même le chef d’état-major, lui aussi, est rentré dans la campagne politique pour un nouveau mandat pour le président de la République», dénonce-t-elle, en rappelant l’engagement pris par le patron de l’armée il y a seulement quelques semaines. «Le chef d’état-major avait déclaré récemment que l’armée ne s’ingérera pas dans la politique et ne permettra à personne d’entraîner l’institution dans ce domaine, en rappelant ses missions constitutionnelles. Où est la neutralité de l’ANP après cette nouvelle intervention ?»s’interroge-t-elle, à l’ouverture, hier à Alger, de la réunion de son bureau politique.

Fabriquer des «menaces internes»

Le vocabulaire de Gaïd Salah est vite repris, cette fois-ci, par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui. Ce dernier met en garde sévèrement contre «toute tentative de sabordage de la présidentielle» et menace d’agir contre les «ennemis de l’Algérie» qui, selon lui, «parient sur le fiasco du rendez-vous électoral».

Ces réactions rappellent celles enregistrées à l’occasion de la présidentielle de 2014. Pour diaboliser et tenter de discréditer les opposants à leurs plans, les tenants du pouvoir n’hésitent pas à fabriquer des «menaces internes et externes». Déniant le statut de «partenaires politiques» à tous les partis de l’opposition, ces derniers les désignent comme «sources de danger».

Et ils mettent, ainsi, en branle la machine de propagande visant à les disqualifier, tout en rappelant «l’acquis de la stabilité». Même les candidats n’avaient pas échappé, rappelons-le, à cette entreprise. Ali Benflis avait fait les frais de cette machine de diabolisation.

Après un acharnement des médias pro-pouvoir contre sa personne, l’actuel président du parti Talaie El Houriyet – à l’époque, il était candidat indépendant – a été accusé même «de terrorisme» par le président sortant qui s’est plaint de lui devant un invité étranger. La séquence est diffusée largement par les médias publics. C’est dire que pour contrecarrer tout changement, les tenants du pouvoir mobilisent tous les moyens de… l’Etat. 

Madjid Makedhi 

Source : El Watan

7 Commentaires

7 Comments

  1. ados

    17 février 2019 à 1:01

    Énemie de algerie c est ce pouvoir algérien voyous voleur corronpue FLN RND MPA TAJ et ce général Gaïd Salah soutient incontionelle de ce vieillard Abdelazize bouteflika inapte paraphégique inconconcient incapable de parler de marché de diriger algerie ce général Gaïd Salah qui fait de la politique ingère dans la campagne électorale menace tout contestation populaire ou des opposants à la dictature bouteflikaine FLN RND MPA TAJ qui veulent garder les privilèges et les intérêts personnels continuer à volé enrichir veulent continuer à garder ce système politique corrompue continuer à faire des affaires avec des affairistes escroc voleur corronpue pillé les caisses de état remplir leur compte en banque à étrangers ce sont des harkis à leur propre pays une dictature bouteflikaine qui empêche le peuple algérien de exprimer librement dans les urnes un vieillard Abdelazize bouteflika fustré d avoir pas succédé à la présidence lorsque Boumédiène et décédé veut garder le pouvoir jusqu’à ça mort et voir ça succession étre prise par un dé c est fréres Saïd Bouteflika ou Nacer bouteflika leur seule bute volé enrichir et pouvoir faire profiter de toutes c est privilège à leur famille femmes enfants qui eux profite de ce pouvoir pour magouilles volé algerie le seule énemie de algerie c est c est dirigeant qui ose emparée de algerie pour eux

  2. Reda

    17 février 2019 à 3:06

    Réveillons nous soyons solidaires face à ces bandits n’ayant pas peur car la peur doit changer de camp, nous devons faire-valoir nos droits et exiger leurs départ, les choses sont devenues claires pour tout le monde a l’intérieur comme a l’extérieur, nous devons nous mobilise derrière madame assoul et tout les opposants à cette mafia qui n’a d’intérêt que les détournements d’argents à coup de milliards de dollars cette bande de traîtres et de harkis des temps moderne doit disparaître…………

  3. Nour

    17 février 2019 à 4:52

    Faut il en rire ou en pleurer,il me font penser à une meute de hyènes aux abois en fin de course ,je pense que leur jours sont compté nul n’est irremplaçable en tous cas surtout pas eux…..

  4. Meddeb

    17 février 2019 à 6:30

    C normal qu’ il soit pour un 5eme mandat . Sans ça Il va sortir aux coups de pieds. Car personne ne veut de lui non plus .

  5. Manair

    18 février 2019 à 4:00

    Le rêve existe mais qui va le réaliser et bien personne si vous dites que se sont des voleurs corrompu qui vide des caisse d’état est qui cherche a profiter maximum vous croyez ce lui qui les remplace ils va pas faire de même non je crois pas je pense ils vont faire plus qu’eux ils rentre déjà assoiffé ils vont faire pire que les précédents qu’ont on vois le privilège en peux pas se contrôler surtout comme il s’agit des milliards de dollars c’est pas faciles a assumer la responsabilité le vieux Bouteflika a fait de sa par est il est malheureusement incapable de dire un mots ou de prendre une décision de qu’elles qu’on que alor adresses vous a ceux qui prennent les dispositions actuelles et arrêter de l’accuser puisque il sait même pas ou il se trouvent tellement il est inconscient surtout de nous dire il ya qui peuvent être président et avec le mots de changement moi j’ai remarquer c’est dernier temps tous les pays qui en dit le changement c’est maintenant et bien c’est devenu le coche mare de tous les cycles il ce sont retrouver tous dans la merde alor la avec qui va metre les pied au pouvoirs surtout en Algérie bonjour les dégâts

  6. Mohamed

    18 février 2019 à 9:53

    Salam frères ces corrumpus nous font pas peur nous venons des racines des chouhadas eux ce sont des harkis ce sergent Garcia ne vaut rien à 80 ans toujours collé au cul de la nation dégage Inchallah vous allez payer cher de vos agissements contre le peuple Algériens que vous le trahissez au quotidien ainsi chien panze de bedoui le bédouin Inchallah vous serez tous écroué bande de mafieux allah yarham chouhadas vive l’Algerie sans vous bande de vampires

  7. Kadiro

    18 février 2019 à 3:09

    Ils ont intérêt de prendre leurs clic et clac et dégagez ces bandes de mafieux ont vous trop supporters depuis les années 60 tes menaces sergent Garcia tu les mets où je pense les Algériens ont compris votre manège laissé le peuple décider de l’avenir de ses enfants vous,vous avez remplis vos comptes à l’étranger ils débordent de dollars et euros Inchallah vous le payerez de votre santé et celle de vos enfants allah yarham chouhadas vive la futur nouvelles Algerie Mort à ses ennemis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité algérienne

En haut