Connectez-vous avec nous

FSA : « Mohamed Ben Salman n’est pas le bienvenu en Algérie »

Actualité algérienne

FSA : « Mohamed Ben Salman n’est pas le bienvenu en Algérie »

FSA : « Mohamed Ben Salman n’est pas le bienvenu en Algérie »

Le régime wahhabite saoudien qui ne respecte ni les droits de l’homme et encore moins les droits de la femme, un régime qui muselle la presse, la liberté d’expression qui exécute chaque année des centaines de prisonniers qui pratique la flagellation pour de nombreuses infractions, ce régime totalitaire qui a déclaré une horrible guerre à son voisin le Yémen où meurent quotidiennement des dizaines d’enfants, de vieillards, d’hommes et de femmes, ce royaume tenu par une main de fer par Mohamed ben Salman.

C’est sous le règne de ce prince héritier que le Yémen est bombardé quotidiennement et que le journaliste Jamal Khashoggi est assassiné au consulat saoudien en Turquie. C’est la visite de ce dernier en Algérie programmée pour aujourd’hui dimanche et demain, lundi qui a fait réagir le Forum Social Algérien (FSA) qui a dénoncé dans la déclaration ci-dessous la venue de ce prince sur la terre qui était la Mecque des révolutionnaires.

La rédaction 

 

Texte de la déclaration

MBS n’est pas le bienvenu en Algérie 

« Le prince héritier Mohammad ben Salmane se présente comme un  » réformateur « , mais ses promesses sonnent creux alors que la répression se durcit contre les voix dissidentes dans le royaume et en dehors allant jusqu’à l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi ».

Depuis l’arrivée au pouvoir du prince héritier Mohammed ben Salmane, de nombreux militants de renom ont été arrêtés ou condamnés à de longues peines d’emprisonnement uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Les autorités prennent pour cible la communauté des défenseurs des droits humains, petite, mais active, et elles utilisent les lois antiterroristes et contre la cybercriminalité pour réprimer ses activités pacifiques qui visent à dénoncer et à combattre les violations des droits humains.

En début d’année, plusieurs défenseurs des droits des femmes de premier plan ont été arrêtés dans le cadre de la répression persistante exercée par les autorités saoudiennes contre la communauté des défenseurs des droits humains. Loujain al Hathloul, Iman al Nafjan et Aziza al Yousef sont toutes les trois détenues de façon arbitraire sans inculpation depuis le mois de mai. À la suite de leur arrestation, le gouvernement a lancé une campagne de dénigrement visant à les discréditer en les qualifiant de « traitres ». Elles risquent d’être jugées par un tribunal antiterroriste et condamnées à de lourdes peines d’emprisonnement.

L’Arabie saoudite fait systématiquement partie des pays du monde qui procèdent au plus grand nombre d’exécutions. Des dizaines de personnes sont mises à mort chaque année, bien souvent par décapitation en public. Nous considérons que la peine capitale bafoue le droit à la vie et constitue le châtiment le plus cruel, le plus inhumain et le plus dégradant qui soit. De plus, alors qu’il n’a jamais été prouvé où que ce soit dans le monde que la peine capitale ait un effet dissuasif sur la criminalité, l’Arabie saoudite continue de condamner à mort des personnes et de les exécuter à l’issue de procès d’une flagrante iniquité. Depuis le début de l’année, l’Arabie saoudite a exécuté 108 personnes, près de la moitié d’entre elles pour des infractions liées aux stupéfiants.

Les tribunaux saoudiens continuent de prononcer des peines de flagellation pour de nombreuses infractions, souvent à l’issue de procès iniques. Raif Badawi a été condamné à 1 000 coups de fouet et à 10 ans d’emprisonnement uniquement parce qu’il tenait un blog. Certaines infractions sont punies d’une peine d’amputation ou d’amputation croisée, qui constituent toujours des actes de torture.

Les femmes et les jeunes filles sont en butte à une discrimination profondément enracinée en Arabie saoudite et sont juridiquement subordonnées aux hommes en ce qui concerne le mariage, le divorce, la garde des enfants et l’héritage, entre autres. Du fait du système de tutelle, une femme ne peut pas prendre de décisions : un homme de la famille décide de tout à sa place.

Les autorités saoudiennes prennent des sanctions, y compris par le biais des tribunaux, contre les militants pacifiques et les proches de victimes ou les victimes qui contactent des organisations indépendantes de défense des droits humains, comme Amnesty International, ou des diplomates et des journalistes étrangers.

Jamal Khashoggi s’est exilé en septembre 2017, alors qu’une vague d’arrestations déferlait sur les défenseurs des droits humains, les dignitaires religieux, les économistes, les blogueurs, et quasiment toute personne osant critiquer le pouvoir en place. S’il est renvoyé en Arabie saoudite, il sera en danger étant donné les procès manifestement iniques qui débouchent sur de lourdes peines d’emprisonnement ou la peine capitale.

Tout dissident est pris pour cible hors des frontières de l’Arabie saoudite. En mai 2017, le défenseur des droits humains Mohammed Al Otaibi a été arrêté à l’aéroport de Doha alors qu’il était en route pour la Norvège, qui lui avait accordé le statut de réfugié, et les autorités qatariennes l’ont expulsé vers l’Arabie saoudite. En janvier 2018, il a été condamné par le Tribunal pénal spécial à Riyadh à 14 ans de prison à la suite d’un procès profondément injuste.

La mort de Jamal Khashoggi à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul résulte d’un « meurtre sauvage ». Or, le meurtre de ce journaliste n’est que le dernier exemple en date d’une longue série de violations alourdissant le triste bilan du royaume en matière de droits humains.

« Le message adressé aux dissidents et détracteurs pacifiques est glaçant : ils ne sont pas en sécurité, même à l’étranger, et lorsqu’elles en ont la possibilité, les autorités s’en prennent à eux, un à un.

La communauté internationale doit rompre son silence assourdissant face à la répression de la liberté d’expression en Arabie saoudite et réclamer aux autorités saoudiennes des comptes immédiats sur l’assassinat de Jamal Khashoggi et prendre des sanctions pour montrer que personne n’est au-dessus de la loi même si on est prince, roi ou président. La justice internationale doit trancher et tous les pays du monde doivent trancher et dire non à la visite d’un dictateur criminel. Aucun peuple ne peut accepter de dresser le tapis rouge à un assassin et dictateur. Les manquements aux droits humains en Arabie saoudite font partie du système de gouvernance du pays. C’est ce système prédateur et barbare ainsi que ses ramifications dans les centaines de mouvements intégristes à travers le Monde qui sont à dénoncer. Nous savons ce que cela veut dire, nous qui avons vécu les atrocités de la décennie noire. Le génocide en cours au Yémen, les centaines d’enfants tués par les bombardements de l’aviation saoudienne mérite de notre part plus de compassion au nom du droit humain le plus élémentaire, le droit à la vie.

La littérature algérienne proclame : « la fatalité serait la reine des saloperies si elle ne cachait pas son jeu, le monde ne vaudrait le coup s’il ne le rendait pas ».

Nous proclamons à notre tour, loin de la sinistrose et du catastrophisme ambiant que, l’Algérie, pays hôte et refuge de révolutionnaires des causes justes tel que Patrice Lumumba, Yasser Arafat et Nelson Mandela, la liste est généreusement achalandée, et ne pourrait donner place au dictateur et criminel qu’est : Le prince héritier Mohammad ben Salmane.

L’opportunité historique se présente pour les pays du grand Maghreb, peuple et gouvernants de dire non à l’atteinte aux libertés fondamentales, expressions et opinions qui constituent une valeur cardinale.

Les pays qui se battent et s’entre-déchirent pour la possession des oasis et des puits de pétrole n’ont aucun avenir parmi les pays qui aspirent aux valeurs universelles de justice et de liberté.

Le sol algérien n’est pas un paillasson, lieu de résidence et de villégiature de despotes criminels. L’Algérie est la Mecque des révolutionnaires et non des dictateurs et criminels.

C’est pour toutes ces raisons que le FSA (Forum Social Algérien) lance un appel pour dire non à la visite du prince héritier Mohammad ben Salmane en Algérie, condamner l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi et réclamer justice.

Pour le FSA,

Le comité de coordination

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité algérienne

En haut