Connectez-vous avec nous

Entre nous, loin du roi qui nous broie

Chronique

Entre nous, loin du roi qui nous broie

Entre nous, loin du roi qui nous broie

Par Rachid Mouaci

Nous n’avons guère le temps de lire et d’écrire, mais nous avons une immense patience pour pourrir et périr sans le moindre sourire.

Certes, nous allons tous mourir, mais il faut quitter cette terre sans la salir, sans la démolir, sans la trahir, sans abolir les droits et sans lécher les bottes du roi.

Crois à ce que tu crois, mais tu n’as pas le droit de semer l’effroi. Notre cité est déjà la proie du roi qui la broie, alors n’ouvre point ses portes au cheval de Troie !

Les valeureux dans les geôles ont froid, le ciel tarde pour qu’il foudroie ce roi qui transforme les juvéniles en pisse-froid.

Un jour la faucheuse finira par emporter le roi, mais j’ai peur que nous perdions la voie, car j’entends des voix qui me donnent au dos froid.
Les uns imposeront leur choix au nom de la foi et d’autres au nom de la Ouma.

L’école a réussi à imposer la déraison et à maudire de l’esprit toute floraison et avec l’intelligence couper toute liaison et c’est du levant qu’elle nous importe l’idiotie par cargaisons.

Les lieux de culte qui glorifient la chute devant l’injustice et l’occulte prennent les fidèles pour des minets et non des adultes, ils les incitent à l’insulte de ceux qui ne sont pas de leur culte.  

Nos hôpitaux sont devenus des mouroirs avec le brouhaha des foires et le désordre des douars. Ils ne sont nullement le lieu des soins des gens du pouvoir qui habitent les manoirs et les tours d’ivoire, pour eux c’est dans les cliniques de Londres, de Genève et de Paris qu’ils mettent leurs espoirs.

Je ne veux guère semer le noir ni tuer l’espoir, mais il faut laisser le passé et sa gloire à l’histoire et construire l’avenir pour nos hoirs par la lucidité et le savoir et non par la magie noire. Il faut oser nous regarder dans le miroir pour voir que nous ne sommes nullement pour l’humanité l’espoir.

Rachid Mouaci

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Chronique

En haut