Connectez-vous avec nous

Coup de colère d’un solitaire

Chronique

Coup de colère d’un solitaire

Coup de colère d’un solitaire

Par Rachid Mouaci

Je perds tous les repères et je suis à bout de nerfs.

Je préfère me taire, sinon que dire et qu’écrire à cette populace à terre qui s’enfiche des œuvres littéraires, qui vomit Homer, Shakespeare, Voltaire, Baudelaire, Molière… ?

Je ne suis ni un imam pour leur faire des discours sur les ablutions de la prière ni un cuisinier pour leur parler de mon savoir-faire culinaire ni une belle femme pour leur montrer les traits de ma beauté du devant et du derrière.

Ô ciel, ! grogne ton tonnerre, allume tes éclairs et verse tes flots sur terre pour engloutir tous ceux qui vivent encore à l’âge de pierre.

Nous sommes la vermine de cet univers. Nous polluons les océans et les mers, les montagnes et les rivières et avec nos instincts primaires, nous croyons que nous portons à l’humanité la lumière.

Notre unique savoir-faire, c’est de pousser les libraires à se convertir dans l’art culinaire, car nous préférons toujours à la plume la cuillère.

Lors de nos débats, sur nos langues des mots blessants et vulgaires et dans les mains des rapières et des badelaires.  

Au ridicule, à l’ignorance, à la chimère … notre patrie est devenue sanctuaire. Ô terre ! tes judas sont libres comme l’air et tes érudits sont devenus des Cellulaires.

Tout est à l’envers, les Bédouins habitent les châteaux en pierres et les sédentaires errent hors de nos frontières.

Sache frère ! que si ce n’est pas ces gens que nous maudissons dans nos prières, nous habiterons encore des chaumières et peut-être même des tanières.

À force de voir ce désert, cette poussière, cette misère, ces militaires, ces langues de vipères, je deviens solitaire et j’étouffe de colère.

Rachid Mouaci

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Chronique

En haut