Connectez-vous avec nous

Conférence R.I. Le changement en Algérie entre la volonté populaire et le droit constitutionnel

Débats

Conférence R.I. Le changement en Algérie entre la volonté populaire et le droit constitutionnel

Riposte internationale.

– conférence débat à Royal-Est à Paris.

Le changement en Algérie   entre la volonté populaire et le droit constitutionnel.

Riposte internationale a organisé l’après-midi du samedi 18 mai 2019 une conférence au Royal-Est à Paris animée par Monsieur Guy Larderyert, politologue et président de l’institut pour la démocratie sous le thème : le changement en Algérie entre la volonté populaire et le doit constitutionnel, débat dirigé Par Mr Hakim Taibi vice-président de ladite ONG.

Comment sortir de cette impasse que vit actuellement la société algérienne ?  C’est la question fondamentale à laquelle le politologue a tenté de répondre en insistant su la nécessité du dialogue entre l’armée détentrice du pouvoir réel et les représentants de la société civile.

Certains pays comme la France peuvent agir dans la discrétion pour pousser l’armée à œuvrer un débat avec l’opposition pour éviter une explosion car la déstabilisation de l’Algérie affectera tous les pays de l’Afrique du Nord et de la méditerranée, le politologue, Guy Larderyert a  insisté sur la nécessité d’un débat entre les deux protagonistes pour en arriver à des élections législatives et l’adoption d’une autre constitution car l’actuelle constitution concentre tous les pouvoirs dans les mains du président en la qualifiant de constitution autoritaire qui ne peut donner naissance à un pouvoir démocratique.

Le politologue Guy Lardeyert suggère une création d’un comité composé de trois civiles qui représenteront la société civile et les trois militaires qui représenteront l’armée. En effet, Monsieur Lardeyert pense que l’armée pourra jouer un rôle positif dans la sortie de cette impasse en évoquant le cas de la Turquie (début de la décennie 1970 où un président militaire l’a fait sortir de la crise politique qu’elle a vécue).

L’assistance a insisté sur la volonté du peuple à faire dégager tous les représentants du régime y compris les chefs militaires. Ces derniers étaient au pouvoir depuis l’indépendance et qui sont complices dans l’échec économique et  la ruine de la société algérienne.

En outre, le général Gaid Salah ne peut être la solution pour la crise du pouvoir ni un acteur qui pourra aider à la construction d’un pouvoir démocratique. A travers ses agissements, il ne cherche qu’à pérenniser et protéger système.

 

Par Mamart Arezki

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Débats

En haut