Connectez-vous avec nous

Ci joint , l’allocution du Président de Riposte Internationale , Ali Ait Djoudi , a l’occasion du colloque organisé conjointement avec Madame Marie Georges Buffet députée de la Gauche Démocrate et Républicaine , ratachée au groupe communiste .le vendredi 15 Octobre 2021 .

Débats

Ci joint , l’allocution du Président de Riposte Internationale , Ali Ait Djoudi , a l’occasion du colloque organisé conjointement avec Madame Marie Georges Buffet députée de la Gauche Démocrate et Républicaine , ratachée au groupe communiste .le vendredi 15 Octobre 2021 .

Ci joint , l’allocution du Président de Riposte Internationale , Ali Ait Djoudi , a l’occasion du colloque organisé conjointement avec Madame Marie Georges Buffet députée de la Gauche Démocrate et Républicaine , ratachée au groupe communiste .le vendredi 15 Octobre 2021 .

Mesdames et messieurs les députés, honorable assistance .
Je tiens en mon nom et en celui de l’ONG RIPOSTE INTERNATIONALE,  à  exprimer   toute   notre   gratitude et   nos remerciements aux élus de l’Assemblée   Nationale Française et particulièrement à Madame Marie Georges Buffet , députée de la Gauche Démocrate et Républicaine ,  ratachée  au groupe communiste, d’avoir rendu possible la rencontre d’aujourd’hui .
Cette rencontre maintes fois reportée en raison des contraintes sanitaires, se voulait un cadre d’échange sur la situation qui prévaut en Algérie depuis le 22/02/2019 avec l’émergence d’une dynamique   de   changement pacifique portée par la majorité   descitoyennes et citoyens Algériens à travers le mouvement qui porte désormais le nom Tanekra ,  le Hirak.
Nous savons combien les échanges peuvent êtres riches et fructueux quand leur teneur repose sur une relation de confiance et sur la vision objective des faits. Une vision qui se heurte souvent en France à la   méconnaissance des réalités du terrain.Une méconnaissance savamment orchestrée par le régime Militaro-politique  en place à  Alger et par une presse d’ici et de là-basrépondant plus au souci des intérêts 7nanciers ou politiciens qu’auxintérêts de nos deux peuples.
Engagé dès le départ auprès des militantes et militants investis dans la dynamique du changement   de   système   en  Algérie,   nousn’avons cessé d’alerter l’opinion française et internationale sur les exactions qui touchent les défenseurs des libertés fondamentales à savoir notamment celles   relatives au droit d’expression , d’organisation et de manifestation .À travers nos différents rapports mensuellement mis à jour , nous avions pris lapartie de l’information et de la sensibilisation sur une situation dramatique dont le théâtre est à moins de trois heures de vol de Paris et dont les conséquences n’épargnent ni l’Algérie , ni la France, ni encore l’ensemble des pays voisins.

Nous avons pu, à travers cet engagement, compter sur des personnes et des organisations  de la société civile qui ont relayé notre message notamment celui relatif à la situation des détenu.e.s qui   ne   bénéficient  aucunement de procès  équitables.   Nous remercions vivement toutes ces voix qui se sont jointes aux nôtres pour réclamer la libération de ces détenu-e-s et pour que cesse la politique de répression qui déshonore l’Algérie.L’ONG RIPOSTE INTERNATIONALE et d’autres acteurs engagés pour les mêmes  causes,   ont   souffert  du blackout médiatique   en France dû aux lignes éditoriales des grands groupes de presse qui répondent à d’autres impératifs que celui des droits de l’homme.Cependant, le soutien que nous a accordé une partie de la société civile  Française  a  apporté  un  appui  significatif  à  cette  dynamique émancipatrice du peuple Algérien.

Nous souhaitons que cette rencontre puisse répondre à vos interrogations, voire à certains volets d’incompréhensions pour que nous  avancions  ensemble sur beaucoup de  dossiers   parce que  la proximité géographique et historique de nos deux pays exige de nous un rapprochement fort en mesure de faire face avec synergie aux problèmes majeurs auxquels   nous sommes   collectivement confrontés. Il s’agit de l’insécurité globale, de la stabilité politique, de la mauvaise gouvernance, de la circulation de l’argent mal acquis, des trafics de stupéfiants , de la pauvreté grandissante, du chômage chaque jour plus alarmant, 
de la pollution qui n’épargne personne, des problèmes de l’éducation, de l’avancée du désert, de l’épuisement des ressources énergétiques non renouvelables, des droits des femmes et des droits humains, etc. etc. Ces  problèmes  iront en s’accentuant  si   des   deux  côtés de la Méditerranée, nous continuons à nous ignorer, à nous abreuver de clichés et à rejeter la responsabilité les uns sur les autres .Compte tenu de ce contexte, il est fondamental de rappeler que   notre   ONG  n’appelle à aucune ingérence de quelque nature qu’elle soit, mais, comme ce qui   touche   l’Algérie se   répercute immanquablement sur la France et ce qui touche la France déteint inévitablement  sur l’Algérie, nous  ne  pouvons y être  indiférents , nous ne pouvons y répondre par le silence . Ceci dit, les fondements de notre action en tant qu’ONG restent le respect du droit et nous n’avons pas vocation à nous occuper de politique ou de diplomatie mais les marges de manœuvre que nous nous   sommes   imposées   ne   nous  empêchent   pas   de   rappeler   un certain  nombre de principes,   une   certaine   vision   de   notre collaboration que nous espérons durable.
Nous avons mentionné dans nos différentes correspondances au Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme et aux membres du Parlement européen  la nécessité de rappeler  aux autorités Algériennes leur devoir de respecter les engagements qu’elles ont contracté  à  travers les différents traités  Algériens  et internationaux relatifs aux  libertés, traités qu’elles ont choisi designer et de ratifier .Cet appel nous vous l’adressons à vous aussi parce   que le parlement Français, en tant que représentation du peuple , peut sans complexe,   donner son avis quand les droits fondamentaux des autres peuples sont bafoués, quand des femmes et des hommes sont torturés, quand des journalistes, des avocats et militants sont bâillonnés et embastillés . Les droits de l’Homme ne   peuvent être à géométrie variable, ils doivent être défendus quelle que soit la nature des régimes qui les foulent aux pieds .
À travers la rencontre d’aujourd’hui, il nous est apparu évident que la parole de notre ONG Riposte Internationale ne peut, à elle seule, incarner les aspirations multidimensionnelles du peuple Algérien. C’est pourquoi nous avons fait le choix de nous faire accompagner à votre invitation par les courants du Hirak de la diaspora Algérienne , lors même que nous ne partageons pas toujours les mêmes analyses ou les mêmes idées politiques .
Le peuple Algérien aspire à :- une vie démocratique, – à un pluralisme politique ,- Culturel ,- Linguistique, nous devons traduire  ces aspirations en actes à chaque fois qu’une opportunité se présente à nous. Puisse ce moment privilégié être une démarche nouvelle pour unir nos forces dans  un dialogue constructif et respectueux de nos sensibilités  respectives  et  puisse-t-il  permettre l’émergence d’une nouvelle ère dans les relations de nos deux pays , des deux côtés de la Méditerranée ,
– Nous avons besoin de bâtir : – une relation apaisée,- une coopération équilibrée,- un avenir commun profitable à  tous .Alors, amplifions nos  convergences,  prenons sérieusement en compte nos besoins réciproques, agissons ensemble pour dépassionner nos débats. Mesdames et Messieurs, je vous remercie !
Paris le 15 Octobre 2021 
      Ali Ait Djoudi          

Président de Riposte Internationale 

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Débats

En haut