Connectez-vous avec nous

Ces chaînes et ces journaux de Hacène Téro

Chronique

Ces chaînes et ces journaux de Hacène Téro

Ces chaînes et ces journaux de Hacène Téro

Cette presse lèche-bottes, cette presse sotte, qui ignore que la voix du peuple est toujours plus haute que les bruits des bottes des despotes et que sa force brise les chaînes et les menottes. Ces journalistes regroupés en meute pour transformer la revendication populaire en émeute ne savent pas qu’ils font fausse route et que l’histoire les écrasera sans doute sous sa botte.

Cette presse tenue en lice, qui loue le pouvoir dans ses prières et ses messes, entre les citoyens, c’est l’intolérance, la haine et la répugnance qu’elle tisse, elle ne sait pas que c’est dans la sauce de sa génitrice qu’elle pisse.

Cette presse qui loue les loups, qui plante dans le dos du peuple un couteau me fait penser à une scène du film « l’opium et le bâton » et le personnage « Hacène Téro » le traître de la nation durant la glorieuse révolution. Lors de l’exécution d’Ali le héros et après que sa veuve déchire le silence avec ses youyous, tous les villageois louent le nom de Dieu face à l’armée des colons. À ce moment, Hacène Téro est pris par une peur bleue commence à louer aussi Dieu à la mémoire d’Ali le héros, croyant que le peuple oubliera qu’il est un félon.

Ces chaînes et ces journaux toutous qui soutiennent les tyrans, les bourreaux qui étouffent le son des souffrants sont en train de suivre le comportement de Hacène Téro. Ils commencent à évoquer timidement le peuple héros et son sursaut, mais en déformant ses propos vis-à-vis de leur manitou.

Si cette presse connaissait la fin de Hacène Téro, elle n’aurait jamais au peuple tourné le dos et elle n’aurait jamais troqué le nom du créateur des cieux contre un petit mortel qu’elle a baptisé manitou.

L’argent rend fou, le pouvoir métamorphose les hommes en loups et les ambitions rendent la vision floue.

Pour l’or qu’on lui sert, l’homme crucifie sa mère et trahit sa terre.

Pourquoi frère ?

Rachid Mouaci 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Chronique

En haut