Connectez-vous avec nous

Ce peuple qui a étonné le monde

Chronique

Ce peuple qui a étonné le monde

Ce peuple qui a étonné le monde

Et maintenant ?

 

« Quiconque veut éviter le vertige doit essayer de découvrir la loi qui régit le mouvement de la balançoire ». Dixit : Koestler

Le peuple algérien a une fois de plus étonné le monde par cette incroyable mobilisation, qui a drainé, et ce, pendant plusieurs jours des millions de personnes chaque fois, sans pour cela qu’on enregistre un seul incident.

Bien au contraire, les cerbères du pouvoir « prévoyants » avaient intentionnellement préparé des tas de pavés qu’ils avaient disposés sur les trottoirs à la portée des manifestants, mais aucun parmi ces derniers n’avait éprouvé le besoin ni jugé utile de s’en servir, sinon celui de les montrer aux nombreux médias et reporters présents.

Les journalistes et autres analystes et interprètes politiques du monde entier n’arrêtent pas d’en chanter les éloges d’une telle autodiscipline de tous ces participants.

Ce peuple pourtant renommé agressif, xénophobe et introverti, vient ces derniers jours de donner au monde une leçon de civilité et de tolérance.

Dans les rues de toutes les villes d’Algérie, il n’y avait plus : des militants des partis politiques, de religieux, d’athées, des associations, des syndicats, mais que des citoyens et qui tout comme la grande majorité des sans attaches, sinon celui de ce viscéral amour de la patrie s’étaient donc mobilisés comme un seul homme pour dire : BASTA à l’humiliation, stop à ce mépris, à cette bestiale arrogance, à cette dilapidation éhontée des biens publics.

Et ils l’ont fait communément, pacifiquement, énergiquement, certes, avec aversion et dégoût pour ce pouvoir honni, mais sans haine ni vulgaires vociférations.

Ils ont crié le ras-le-bol de ce régime dictatorial, insolent, outrancier, qui malgré toutes ces démonstrations de rejets s’accroche comme une sangsue au pouvoir.

Tous ont défilé dans une sorte de joie, d’une ambiance bon enfant, avec ces caricatures qui vous laissent pontois et dont eux seuls ont le secret, et qui d’ailleurs étaient reprises sur la toile.

Et ce, bien sûr en réponse à cet environnement mortifère, lugubre instauré pour mieux dominer le peuple par le pouvoir à travers les prêches des imams aux ordres, leurs acolytes intégristes alliés objectifs dans cette tentative d’abrutissement, ainsi que ces charognards d’affairistes sans foi ni loi.

Malgré son écœurement, sa révulsion, le peuple défilait dans la joie des retrouvailles d’antan, de ces moments héroïques que furent les siens, et il chantât à tue-tête l’hymne à la liberté, à l’amour de la patrie et son rejet de ces usurpateurs.

Il l’avait fait gaiement, avec des accents de toutes les régions du pays et l’ensemble de nos citoyens, tout en invitant ce pouvoir honni à partir, à restituer le tablier et les clefs de l’Algérie pour ses dignes héritiers.

 ceux qui dorénavant lui redonneront son image d’antan et qui lui restitueront cette place d’honneur dans le forum universel des nations civilisées, libres, progressistes et démocratiques.

Mais ce rêve ne peut se réaliser que s’il est porté par des hommes de bonne volonté, des démocrates et citoyens au service uniquement de leur peuple.

Il va nous falloir, me semble-t-il du moins, agir tout comme le faisaient nos anciens pour désigner l’Amin du village (président du comité du village) à savoir ; solliciter, voire prier les meilleurs d’entre nous, renommés pour leurs valeurs intrinsèques et attachés à ces autres valeurs universelles ; que sont les droits de l’homme, la démocratie, la justice et la citoyenneté.

Ils auront pour mission de gouverner provisoirement le pays et de préparer les prochaines échéances électorales.

N’en déplaise aux sceptiques et autres affiliés, ces hommes existent et notoirement connus à travers leurs activités, leurs luttes pour de nobles causes et leur désintéressement.

Mohammed Aouli

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Chronique

En haut