Connectez-vous avec nous

Ammar Negadi, un pionnier du combat Amazigh .

Débats

Ammar Negadi, un pionnier du combat Amazigh .

Ammar Negadi, un pionnier du combat Amazigh .

Ammar Negadi (en tamazight : ⴰⵎⵎⴰⵔ  ⵏⴳⴰⴷⵉ Ɛemmar Ngadi), né en 1943 à Thamarwent (Merouana), wilaya de Batna, et mort le 1er décembre 2008 à Paris1, est un militant et écrivain berbériste Algérien Chaoui.
Auteur de nombreux écrits sur l’Aurès et sur la culture berbère, légués après sa mort à Djemaâ Djoghlal afin de créer une bibliothèque dans les Aurès, il est le créateur de l’ère berbère du calendrier berbère qui fait partir ce dernier du pharaon Chechnaq, le premier à être d’origine berbère
                        – Biographie .
Ammar Negadi est considéré comme le précurseur du militantisme Berbériste dans le pays Chaoui. En effet, dans un contexte difficile, caractérisé par la prédominance de l’idéologie panarabiste prônée par le régime de Boumédiène, l’activité du jeune Ammar Negadi était dans le collimateur du pouvoir et ses relais locaux. Il fut contraint de s’exiler en France.
Les années d’Agraw imazighenArrivé à Paris, Ammar Negadi fréquente les milieux Berbéristes et adhère à l’Académie berbère (Agraw imaziɣen en kabyle) dont il devient l’un des membres les plus actifs. En plus de ses contributions qu’il signe Amar Achaoui, il promeut l’utilisation de l’alphabet Tifinagh et participe à la création du Fus dheg Fus, qui va devenir le premier alphabet tifinagh2.Il quitte l’académie berbère en 1975.
Il va être sollicité pour son avis au sujet de l’étendard berbère3.

      – Union du peuple amazigh (UPA) .
Après quelques années passées au sein d’Agraw imazighan, Ammar Negadi crée l’Union du peuple amazigh (UPA) (Tediut n’Aghrif Amazigh) en 1978. Cette dernière jouera un rôle très important dans la diffusion de la culture berbère et la vulgarisation de l’usage du Tifinagh à travers son bulletin périodique Azaghen. Le même bulletin va éditer la première liste des prénoms berbères et surtout le premier calendrier berbère en 19804.
                  – Calendrier berbère .
L’idée de créer une « ère berbère » comme il en existe une chrétienne et une autre musulmane, est un rêve qu’a longtemps caressé Ammar Negadi. Après plusieurs années de recherche, il finit par trouver la date zéro de son calendrier. Il choisit l’an 950 avant Jésus-Christ qui correspond à la date où le roi berbère Sheshonq Ier (ou Chachnaq, ou encore Cacnaq) accède au trône de l’Égypte pharaonique. Il publie en 1980, dans le bulletin Asaghen, le premier calendrier berbère. De petit format, il représente un guerrier targui tenant son glaive dans la main gauche et un bouclier, orné d’un Z berbère, dans la main droite.Ce calendrier, qui a eu un grand succès[réf. souhaitée], est devenu une référence aujourd’hui.

                          – Livres .
Ammar Negadi a légué sa bibliothèque qui contenait 3 500 livres à Djemaâ Djoghlal afin de créer une bibliothèque dans les Aurès . Djemaâ Djoghlal, originaire de Khenchela et cousine de cousine d’Abbas Laghrour, militante de la cause berbères et une des figures du féminisme algérien, sociologue, elle a plusieurs articles de presse sur le patrimoine culturel chaouis, elle meurt durant le mois de novembre 2016 sans parvenir à livrer les documents historiques et les livres à l’Université de Batna Hadj Lakhder et de Khenchela à cause des problèmes bureaucratiques .
Source : Wikipédia (wiki collaboratif).

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Débats

En haut