Connectez-vous avec nous

 propos des prochaines élections locales.

Débats

 propos des prochaines élections locales.

 propos des prochaines élections locales.

Les drames que vient de vivre particulièrement la Kabylie, s’agissant de cette pandémie ou de ce criminel et génocidaire incendie, nous incitent à revoir notre façon d’appréhender les prochaines élections locales.

L’absence de toute présence et organisation des pouvoirs publics, l’incompétence criminelle des organismes chargés de répondre à ces impératifs et urgentissimes cataclysmes.

La réaction atavique de la population, en se mobilisant instinctivement et d’une façon extraordinaire comme jadis le faisaient ses aïeux pour apporter aides et assistance à leurs concitoyens, suppléant ainsi l’absence d’un État délétère, nous interpellent.

Il faut néanmoins et désormais que la raison devance la passion, agir sagement et surtout avec intelligence et pragmatisme.

Notre culture nous a enseigné que la démocratie pour être viable doit être partagée, et ce fut ainsi que nos assemblées villageoises délibéraient et sanctionnaient leurs prises de décisions sans états d’âmes, car consensuelles.

Tout un chacun lors de ces assemblées est libre de dire, opter, argumenter et de proposer s’il le faut, dans le respect de tous et de l’ordre de jour, car la citoyenneté et la liberté d’expression sont sacrées par ce code qui de toujours avait régi cette société.

Depuis des temps immémoriaux cette façon de régir ne fut au grand jamais contestée, car tout un chacun, quelque serait son opinion, idéologie ou croyance, s’y retrouve.

Cette vieille démocratie, aussi paradoxale que cela puisse paraitre est intemporelle, et présentement d’actualité, sinon primordiale pour enfin retrouver cette union citoyenne qui jadis avait fait cette puissante et redoutée confédération que fut la notre.

Faut-il rappeler qu’aucun envahisseur n’avait foulé notre sol avant les français, et qui d’ailleurs en 1854 avaient été battus, sinon humiliés par cette poignée de citoyens patriotes kabyles ; et que ce n’était qu’en 1857 après avoir mobilisés des forces et moyens démesurés et utilisés d’affreux et impitoyables procédés qu’ils avaient réussi à nous battre, mais jamais à nous soumettre.

Et ils n’avaient occupé le terrain qu’après la défaite de 1871, et toutes leurs tentatives de se substituer à cette gouvernance citoyenne de nos villages furent vaines.

Nos traditions, pour êtres justes, nous avaient souvent permis de faire face et d’un front commun aux aléas quelques seraient leurs natures.

Présentement, il s’agit de revoir notre façon d’appréhender la situation en nous réappropriant ces us et coutumes républicains que furent les nôtres, en nous impliquant indépendamment des partis politiques lors des prochaines élections locales.

Tous, nous nous plaignîmes de la criminelle négligence de nos édiles quant à la gestion de nos municipalités, et au delà de nos assemblées départementales.

Et pour cause, ces beaux fleurons que furent nos villes, n’offrent plus, avant l’incendie, au regard que d’affreuses, mortifères et tristes images.

De nombreux villages nous avaient récemment honoré et redonné l’espoir que devant la volonté populaire rien n’est impossible et qu’il suffit de se mobiliser pour réaliser des prodiges.

Pour la vie, pour nos jeunes, attelons nous à réaliser des œuvres utiles pour faire renaitre l’espoir, la joie de vivre, la culture dans toute ses dimensions.

Choisissons nos futurs élus pour leurs valeurs intrinsèques, celles qui furent jadis nôtres, loin de l’esprit partisan, de clocher ou plus grave fatidique.

Le boycott reproduira le même schéma, les mêmes effets que par le passé, il serait donc souhaitable, sinon indispensable par conséquent et dès à présent que les meilleurs d’entre nous, ces hommes d’honneur et de bonne volonté qui seront désignés par leurs communautés villageoises, se préparent à assumer leurs honorables législatures.

Qui, comme par ce glorieux passé, lorsque le danger est là ou se fait sentir, se concerteront pour établir une sorte de charte d’éthique pour les prochaines élections municipales et les futurs élus, et qui serait en conformité avec toutes ces valeurs, somme toute universelles et qui de toujours ont été les nôtres.

Mohammed Aouli.

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Débats

En haut